Les 12 principales tendances de l'industrie manufacturier en 2020

Par: Leah Zitter

24 mars 2020

Manufacturing Trends 2020

Chaque jour, les tendances manufacturières continuent de changer et d’évoluer, en particulier dans le contexte d’une crise mondiale difficile à maîtriser. Parmi les principales tendances à surveiller en 2020, citons l’augmentation de la main-d’œuvre numériquement connectée, la hausse des dépenses dans les technologies émergentes, une connectivité sans fil plus rapide et les conséquences du COVID-19. Chacune de ces tendances affectera à sa manière l’industrie manufacturière, cette année et au-delà.

1. Production dynamique et développement de l’assemblage multimodèle avec davantage de changements de séries

L’assemblage multimodèle, où des employés travaillent sur divers modèles d’un même produit avec des procédés et des matériaux similaires sur une même chaîne de production, connaît un grand succès grâce à sa flexibilité, ses délais d’exécution plus courts et ses coûts moins élevés. Introduit par Toyota dans les années 1960, l’assemblage mutimodèle est devenu une discipline scientifique fondée sur des preuves qui devrait continuer à se généraliser en 2020 et au-delà.

Avec cette méthode de production, les travailleurs apprennent à être compétents dans plusieurs tâches pour chaque modèle. Les ingénieurs doivent se souvenir des concepts liés à la production allégée et à la fabrication juste à temps, tels que le kanban, le takt time (rythme de production), le heijunka (nivellement de la production) et le junjo (livraison séquentielle de pièces), tandis que les lieux de travail sont dotés d’instructions de travail physiques et visuelles telles que notre logiciel pour assurer le « flux ».

Selon Engineering Computations, alors que l’assemblage multimodèle est principalement axé sur la technologie, les acteurs de l’industrie manufacturière pourraient, dans un avenir proche, se concentrer sur les facteurs humains et les questions de durabilité.

2. Essor de la main-d’œuvre connectée

Le marché mondial des travailleurs connectés devrait atteindre 8,9 milliards de dollars américains d’ici 2026, selon Polaris Market Research. On parle de main d’œuvre connectée lorsque les travailleurs se connectent les uns aux autres ainsi qu’à leurs environnements physiques et virtuels grâce à des dispositifs portables intelligents, tels que des lunettes, des bracelets, des tablettes et des équipements de protection individuelle équipés de capteurs.

La tendance est devenue si importante que Gartner l’a introduite dans l’édition 2019 de son rapport Hype Cycle for Manufacturing Operations Strategy, et a souligné comment la technologie intelligente aide les travailleurs à augmenter la productivité, la qualité et la sécurité.

Un récent rapport de LNS Research a également révélé que 46 % des entreprises industrielles utilisent déjà des technologies portables intelligentes, tandis qu’un autre 21 % prévoient de le faire d’ici fin 2020.

3. Expansion des technologies portables

L’essor de la main-d’œuvre connectée est lié à l’expansion des technologies portables apparues au début des années 2000 et considérées aujourd’hui comme l’un des secteurs qui devraient connaître la plus forte croissance dans les années à venir. Selon Business Wire, Quantzig Analytics, une firme internationale d’analyse de données et de conseil, a constaté que les technologies portables de l’industrie manufacturière ont à la fois influencé et impulsé des avancées dans le domaine des technologies novatrices, notamment l’IdO, la science des données, la chaîne de blocs, l’analyse des mégadonnées et le nuage.

D’après les prévisions de Marketwatch, ce marché devrait atteindre 2,6 milliards de dollars en 2023, soit presque le double de son rendement d’il y a six ans! Par ailleurs, selon Manufacturing Business Technology, Forrester prévoit que d’ici 2025, 14 millions de travailleurs porteront des accessoires portables intelligents, tels que des lunettes intelligentes et des casques intelligents pour améliorer leurs performances.

Dans le cas du travail à distance, comme nous l’a confié Holloway, une entreprise américaine qui publie des guides pour les cadres, les technologies portables vont devenir incontournables. Les dispositifs portables intelligents informent les employeurs sur les activités des travailleurs.

4. Ruée vers l’industrie 4.0

Plus qu’un simple terme à la mode en marketing, l’industrie 4.0, c’est-à-dire la quatrième révolution industrielle qui se distingue par l’automatisation, a véritablement révolutionné l’industrie manufacturière avec des innovations passionnantes comme la robotique, la réalité virtuelle, l’IdO, la chaîne de blocs, l’apprentissage machine, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée, etc. Elle aide notamment les secteurs manufacturiers à repérer les possibilités, à optimiser la logistique et les chaînes d’approvisionnement, à rationaliser leurs opérations et à sécuriser leurs données numérisées.

Par ailleurs, un rapport de Markets and Markets sur le marché de l’industrie 4.0 prévoit que la valeur de ce marché atteindra 156,6 milliards de dollars américains d’ici 2024, soit un TCAC de 16,9 % par rapport à 2019. Les innovations dans les secteurs de la 5G et de l’IdO devraient connaître la plus forte expansion, la Chine, le Japon et la Corée du Sud dominant l’industrie.

5. Multiplication des programmes éducatifs sur la technologie manufacturière

Les technologies telles que la chaîne de blocs, l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle, l’apprentissage machine et les mégadonnées se développent en amont non seulement sur les marchés, mais aussi dans les environnements d’apprentissage. Elles sont notamment enseignées dans les collèges, sur Internet et dans les entreprises sous forme de programmes de formation des employés.

Après tout, dans sa liste des 50 meilleurs métiers aux États-Unis, Glassdoor mentionne la science des données et l’ingénierie du développement comme deux des domaines de carrière les plus lucratifs et les plus dynamiques en 2020 et au-delà. Par ailleurs, on note une forte augmentation de nouveaux cours consacrés à ces deux secteurs, que ce soit des cours en ligne ouverts à tous (MOOC) ou dans les institutions d’enseignement traditionnelles.

Harvard, Stanford, Cornell, Princeton et le MIT font d’ailleurs partie des 15 prestigieuses universités qui proposent des cours dans le domaine de la chaîne de blocs en 2020. Le Babson College, en collaboration avec Toyota, a créé un « FutureLab » pour aider les étudiants à faire des essais dans les domaines de la réalité virtuelle, l’intelligence artificielle et d’autres secteurs d’innovation. L’entreprise Amesite AI s’est associée à l’Université de Wayne State pour enseigner aux étudiants l’intelligence artificielle et la chaîne de blocs. La liste des exemples n’est pas exhaustive.

6. Relocalisations

La relocalisation désigne la réimplantation d’entreprises aux États-Unis ou à leur pays d’origine; c’est le contraire de la délocalisation. Le rapport Reshoring Initiative’s Data Report montre que le plus grand nombre d’emplois relocalisés aux États-Unis proviennent d’Asie, principalement de la Chine. La relocalisation est en partie due à des conditions sociales, politiques et économiques.

Si la délocalisation peut séduire certaines entreprises manufacturières en raison des facteurs tels que la main-d’œuvre bon marché, la relocalisation offre quant à elle des avantages comme la réduction des frais d’expédition et des frais généraux, un contrôle et une supervision localisés (ce qui aide également les entreprises à se conformer facilement aux exigences réglementaires et aux exigences de contrôle qualité), une meilleure communication avec la main-d’œuvre et une gestion simplifiée de la chaîne d’approvisionnement. C’est pour ces raisons que la relocalisation est désormais un phénomène à la mode dans le secteur manufacturier, notamment en ce qui concerne la fabrication de pièces automobiles et les productions manufacturières complexes.

Dans tous les cas, la production intérieure semble être la tendance en 2020, et va probablement se poursuivre au-delà de cette année.

7. Augmentation des dépenses en capital pour les technologies de fabrication

L’année dernière, 44 % des entreprises interrogées ont affirmé au magazine ASSEMBLY qu’elles dépenseraient davantage pour les technologies d’assemblage en 2020 qu’en 2019. Pour être plus précis, les fabricants ont estimé à environ 748 037 dollars leurs dépenses en technologies d’assemblage en 2020, ce qui contraste nettement avec la moyenne de 150 000 dollars enregistrée depuis que le sondage existe.

Le magazine souligne également que c’est la troisième année consécutive que le pourcentage des entreprises qui prévoient une augmentation de leurs dépenses est supérieur à 40 % et la dixième année consécutive qu’il dépasse 30 %.

Si l’augmentation des dépenses est peu significative (seulement 5 % en moyenne), le rapport indique une tendance indéniable de croissance positive au cours des dix dernières années (avec des pics à plus de 40 %). Au même moment, certains experts s’attendent à une baisse des investissements au cours des prochaines années en raison, entre autres, d’un ralentissement de la croissance économique dû à la récession et des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine.

Les achats concernent principalement les robots, les technologies d’identification et de fabrication additive ainsi que la technologie de commande de mouvement, les industries de l’aérospatiale, de l’automobile, de l’électronique et de la fabrication des produits métalliques étant les principaux acheteurs.

8. Robotique

Selon des rapports récents, la robotique devrait connaître un tournant majeur en 2020. Comme le souligne Industry Week, la Robotics Industries Association a remarqué que ce sont les robots collaboratifs, c’est-à-dire des robots capables de collaborer avec les humains, ainsi que l’IdO (notamment les capteurs pour voitures autonomes et les accessoires portables) qui connaissent le plus grand essor.

Le marché mondial de l’Internet des objets robotiques (IoRT) devrait atteindre 21,44 milliards de dollars d’ici 2022, soit un TCAC de 29,7 %, selon Beroe Inc., une société spécialisée dans l’étude des marchés publics.

Allied Market Research estime pour sa part que ce chiffre avoisinera les 70,72 milliards de dollars d’ici 2023, avec un TCAC de 9,4 % entre 2017 et 2023.

Cette forte croissance s’explique par le fait que la diminution de la main-d’œuvre et l’augmentation des coûts du travail sont partiellement, voire totalement, palliées par la sophistication et l’attrait croissants de l’automatisation. La Chine continue de dominer le marché, avec des robots qui pénètrent des industries plus diverses dans le monde entier.

9. Cybersécurité

Grâce à la numérisation de la fabrication, un nombre croissant de petites, moyennes et grandes entreprises se tournent vers les experts en cybersécurité pour obtenir des conseils sur la sécurisation de leurs données en ligne.

Selon Mordor Intelligence, la fabrication est l’une des industries les plus ciblées par les cyberattaques, en raison de la présence de données vitales liées aux entreprises et aux gouvernements.

En effet, l’organisation Make UK (anciennement appelée Engineering Employers’ Federation, EFF) a constaté que près de la moitié des fabricants (45 %) ont déclaré avoir été victimes d’un incident de cybersécurité.

Pour les fabricants, les intrusions de pirates informatiques dans leurs systèmes pourraient s’avérer particulièrement dangereuses. Par exemple, une personne qui a accès aux systèmes de commande d’une usine chimique, pétrochimique ou d’une raffinerie pourrait transformer l’installation en une puissante bombe.

C’est pourquoi, afin d’atténuer les risques, un nombre croissant d’entreprises manufacturières intègrent des mesures de cyberprotection telles que les systèmes d’identification biométrique, la formation des employés sur les cyberrisques, la sécurisation des systèmes de TO (technologie opérationnelle) et de TI (technologie de l’information) ainsi que l’élaboration de politiques de sécurité.

10. Mégadonnées

Selon les prévisions de Mordor Intelligence, au cours des cinq prochaines années, le marché des mégadonnées dans l’industrie manufacturière devrait atteindre 4,55 milliards de dollars américains contre 905 millions en 2019, soit un TCAC d’un peu plus de 30 %. Le rapport de Mordor Intelligence prédit que l’Amérique du Nord dominera le marché des mégadonnées à mesure que l’industrie manufacturière fait la transition vers l’industrie 4.0 et adopte des innovations comme les capteurs, l’identification par radiofréquence (IRF), les lecteurs de codes-barres et les robots. Selon une étude d’IBM, cette expansion créera environ 2,72 millions d’emplois dans le secteur des sciences des données en 2020.

Les secteurs connexes aux mégadonnées comme l’intelligence artificielle, l’informatique en périphérie, le nuage, l’apprentissage machine et l’analyse des mégadonnées connaîtront un enrichissement réciproque, chaque technologie contribuant à l’avancement de l’autre.

Parallèlement, les entreprises de l’industrie manufacturière sont tenues de respecter les réglementations relatives à la confidentialité des données, tant au Canada qu’à l’étranger.

11. Réseau 5G

Au cours de l’année 2020, la 5G (ou Wi-Fi de cinquième génération), grâce à sa faible latence, son évolutivité et sa connectivité améliorée, devrait impacter tous les domaines de l’industrie manufacturière, ce qui rendra la logistique et les opérations de l’industrie 4.0 plus rapides, plus fluides, plus fiables et moins chères.

La raison en est que, comme nous l’a confié Kader Khan, directeur de l’unité commerciale d’Exfo au Canada, l’IdO disposera enfin d’une technologie capable de répondre à ses besoins. Dans le même temps, les économies d’énergie et les réductions de coûts générées par la 5G favoriseront une plus grande utilisation des appareils IdO. Si le rythme initial de son adoption risque d’être lent (la 5G demeure après tout coûteuse), la plupart des experts considèrent que la 5G sera le catalyseur d’une spectaculaire croissance de la productivité, de la sécurité et de la flexibilité, ayant une influence sur tous les secteurs manufacturiers et toutes les fonctions.

En effet, la 5G sous-tend chacune des principales tendances du secteur de la fabrication en 2020, ce qui pousse TechWire Asia à affirmer : « C’est quelque chose que les fabricants devraient sérieusement envisager dès maintenant. »

12. Et enfin la COVID-19

On ne peut pas parler de l’avenir de la fabrication sans évoquer le nouveau coronavirus qui perturbe toutes les sphères de notre vie. La distanciation physique a obligé beaucoup de personnes à travailler à domicile. Mais qu’en est-il des nombreuses personnes relevant de secteurs essentiels qui n’offrent pas la possibilité de travailler à distance ou même du secteur manufacturier où il est impossible de fabriquer des produits à domicile? Nous continuons à apprendre au fur et à mesure que la pandémie évolue, mais il est intéressant de voir les grandes entreprises réorienter leur production pour aider la population.

Fort heureusement, contrairement à il y a 100 ans, lors des efforts de guerre, nous ne nous battons pas entre nations. Cette fois, nous combattons un ennemi commun, un ennemi sans visage. Les grandes entreprises automobiles telles que Ford et General Motors se sont reconverties temporairement dans la production de respirateurs, tandis que des distilleries comme Labatt fabriquent désormais du désinfectant pour les mains. À court terme, c’est une solution incroyable pour pallier la pénurie de certains produits indispensables, mais qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir?

De manière générale, nous devons encore attendre et voir comment les choses évoluent. Mais la pandémie est également en train de sensibiliser de nombreuses entreprises qui sont encore à la traîne en ce qui concerne la modernisation des processus et des méthodes de travail. Ainsi, le COVID-19 sert non seulement de signal d’alarme aux nations, notamment par rapport à leurs programmes de prévention et de gestion de crises mondiales, mais il permet également une prise de conscience importante au sein des entreprises manufacturières qui hésitent encore à se lancer dans l’industrie 4.0.

This website uses cookies to provide you with the best user experience. By clicking the “Accept” button, you agree to our Privacy Policy and use of cookies. You can disable cookies through your browser's privacy settings.